Close

Effacement électrique, on en est où ?

29/11/2018

La Programmation Pluriannuelle de l’Energie de 2016 ambitionnait que 5 GW de capacités d’effacement soient disponibles en 2018 et puissent palier à la fermeture des centrales charbon et nucléaire prévue initialement en 2025.

L’absence de dynamique impulsée par les Pouvoirs Publics depuis 2016 aboutit à ce que l’appel d’offres mené par RTE pour développer les effacements de consommation électrique pour 2018 retienne 733 MW. Pour 2019, les résultats ne sont pas meilleurs, l’enveloppe de l’appel d’offres portait sur 2 500 MW et seulement 590 MW ont été sélectionnés.

 

Des capacités d’effacement insuffisantes pour répondre aux enjeux de demain… Pour quelles raisons ?

  • Les conditions de valorisation de la flexibilité imposées dans l’appel d’offres sont inadéquates et incompatibles avec les coûts d’investissement et d’activation de la flexibilité de consommation de nombreux consommateurs. Ainsi, la CRE avait provisionné une enveloppe de 45 M€ pour 2019 pour soutenir la filière, et seulement 6 M€ seront consommés.
  • Les conditions techniques de participation sont complexes et inadaptées pour de nombreux gisements de flexibilité de consommation.

Quel plan d’action pour l’avenir ?

  • Simplifier les règles d’éligibilité au soutien et supprimer les incohérences actuelles de l’appel d’offres avec les autres dispositifs.
  • Faire la chasse aux effets d’aubaine et aux capacités « fantômes » qui justifie à tort le régime de pénalités désincitatif actuel
  • Rémunérer le service rendu par les opérateurs d’effacement sur la base de la fiabilité constatée de leurs activations.

Retrouvez l’article complet paru dans Green Univers