Close

Nouvelle source de valeur pour la flexibilité

18/10/2016

A partir du 1er janvier 2017, la flexibilité de consommation puisera une nouvelle source de valeur

Décidé par la loi NOME en 2010[1] décliné dans un décret en 2012, puis remis en cause par une enquête de la Commission Européenne en 2016, le « mécanisme de capacité » (MC) va finalement bien démarrer au 1er janvier 2017. Ce nouvel outil est sans doute la réforme la plus structurante du marché de l’électricité depuis la libéralisation du marché démarrée dans les années 1990.

Compte tenu en particulier du déclassement de plusieurs centrales électriques polluantes et de l’augmentation forte de la pointe de consommation hivernale, le législateur a souhaité créer un MC afin d’assurer la sécurité d’approvisionnement électrique sur le long terme, principalement  axé sur la période de l’année de novembre à mars. Le système repose sur 2 piliers : la certification des capacités de production et d’effacement par RTE[2] et une obligation de couverture en capacité reposant sur les fournisseurs d’électricité. In fine, les fournisseurs achèteront des garanties de capacités sur le marché issues de la certification des centrales de production et des capacités d’effacement afin de couvrir leur obligation. Avec le MC, le marché de l’électricité valorisera dorénavant l’énergie (MWh) et la capacité, autrement dit la puissance (MW), cette nouveauté devant durablement structurer les relations entre les opérateurs et les consommateurs.

Quelles conséquences pour les consommateurs d’électricité ?

D’abord un risque d’augmentation de la facture ! En effet, chaque consommateur va générer à son fournisseur d’électricité une obligation de capacité calculée sur sa consommation électrique réelle durant 10 à 15 jours de pointe désignés par RTE. Cette obligation va représenter un coût pour le fournisseur (lié à l’achat de garanties de capacité pour couvrir son obligation) que ce dernier va naturellement répercuter dans le prix de fourniture d’électricité[3].

Mais surtout une opportunité ! Le consommateur est en effet incité, à travers la mise en place de ce dispositif, à identifier et à mobiliser ses capacités d’effacement puisque le MC valorisera fortement les consommateurs qui pourront baisser la puissance soutirée sur le réseau pendant les pics de consommation et ainsi soulager le système électrique.

Comment agir, et quel impact sur le budget d’achat d’électricité ?

Le MC va bénéficier aux consommateurs flexibles dans leurs usages électriques, avec deux stratégies possibles : diminuer l’obligation de capacité répercutée par le fournisseur d’électricité, et/ou faire certifier sa capacité d’effacement puis vendre les Garanties de Capacité obtenues sur le marché. Les deux options doivent être étudiées, leur intérêt dépendant de plusieurs paramètres techniques et économiques.

Concrètement, le consommateur souhaitant participer au MC sera averti la veille pour le lendemain d’un jour de pointe (10-25 jours/an), au cours duquel de 7h à 20h il s’engagera à réduire ou supprimer le fonctionnement de certains équipements électriques.

L’incitation à agir est d’autant plus forte que le MC est cumulable avec les autres mécanismes de valorisation de la flexibilité des consommations électriques existants : la flexibilité de consommation électrique redouble donc de valeur !

Pour en bénéficier pleinement il faut identifier les usages électriques du site et les possibilités de les piloter dans le temps.

Mettre en œuvre une stratégie de flexibilité de consommation peut réduire la facture d’électricité de plus de 15%, qu’attendez-vous ?

 

[1] Loi NOME, Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité (loi n° 2010-1488 du 7 décembre 2010) et le décret relatif à la contribution des fournisseurs à la sécurité d’approvisionnement en électricité (n° 2012-1405 du 14 décembre 2012)

[2] L’opérateur du Réseau de Transport d’Electricité.

[3] La pénalité impactée au fournisseur ne respectant pas son obligation sera de 20 000€/MW pour l’année 2017 et augmentera progressivement jusqu’à 60 000€/MW en 2020

FLEXIBILITÉ ET SURGÉLATION :
ANTARCTIC FOODS N’A PAS FROID AUX YEUX !

En certifiant sa capacité d’effacement, Antarctic Foods a reçu une rémunération
qui lui a permis de compenser 85% du coût de son obligation de capacité.

Découvrir la sucess story

 

Le recours à la flexibilité des consommations électriques nous a permis de bénéficier d’un avantage compétitif, mais également de participer à l’équilibrage du réseau électrique.

Jérôme ANCEZE,
Directeur Technique Antartic Foods