Close

5 (mauvaises raisons) de mettre votre audit énergétique au placard

Que faire de votre audit une fois les préconisations formulées ?

Depuis le 5 décembre 2015, les grandes entreprises doivent réaliser tous les 4 ans un audit énergétique de leurs installations, et être en capacité de le justifier à tout moment. Vous avez très certainement réalisé l’audit de votre site industriel... pour vous mettre en conformité avec la réglementation. Mais qu’en avez-vous fait ? Plusieurs raisons peuvent expliquer le fait que votre audit soit resté au placard. Voici lesquelles, et surtout les enseignements qu’il faut en tirer.

#1 Votre audit n’était pas à la hauteur de vos attentes

Si l’audit énergétique vous a permis de remplir vos obligations réglementaires, vous restez « sur votre faim » quant aux conclusions. En cause : une insuffisance de détails dans les préconisations, notamment pour estimer les gains, mais aussi l’absence d’un plan d’action correctement hiérarchisé et tenant compte des contraintes opérationnelles, ou encore le manque de solutions pour financer les investissements.

Certes, la qualité des audits est très variable selon les prestataires et selon le périmètre de la mission décidée au départ. Mais la finalité d’un audit en industrie est avant tout de vous donner des pistes de travail pour améliorer vos performances. Si cette photographie de vos consommations d’énergie reste trop « macro », elle demande à être approfondie pour étudier la faisabilité technique et économique des actions envisagées.

#2 Votre audit n’a pas été suivi par un expert de l’énergie

Les audits énergétiques nécessitent l’accompagnement d’un expert pour permettre par la suite la mise en œuvre concrète des préconisations. À l’évidence le choix de votre partenaire pour cet audit est primordial.

Celui-ci mettra son expertise à profit pour vous permettre d’y voir plus clair dans la démarche et de prioriser les actions à mener. Il pourra commencer, par exemple, par vous présenter les solutions de financement possibles pour réaliser des économies significatives. Sans suivi, les questions posées par l’audit restent souvent sans réponse.

 

#3 Le Temps de Retour sur Investissement (TRI) est trop long

Un audit doit hiérarchiser les pistes d’amélioration selon leur TRI : moins d’1 an, de 1 à 4 ans et plus de 4 ans.
Une fois les actions « quick wins » mises en œuvre, la plupart des leviers à activer nécessitent des investissements conséquents avec des TRI longs. Problème : en tant qu’industriel, votre capacité d’investissement est avant tout mobilisée par votre besoin de production anticipé sur un horizon de 2 ou 3 ans.

Pour améliorer la performance énergétique de votre outil industriel, tournez-vous vers les solutions de tiers financement. Celles-ci vous évitent la prise en charge directe de l’investissement et de la réalisation du projet, l’idée étant de déterminer une redevance proche de l’économie d’énergie devant être atteinte. Pour estimer précisément ce montant, faites-vous accompagner par un expert en management de l’énergie.

Comment améliorer le temps de retour sur investissement ?

Si les préconisations de l’audit nécessitent un investissement, les auditeurs privilégient généralement les actions éligibles aux CEE (Certificats d’économie d’énergie). Les coûts peuvent ainsi être en partie absorbés par la subvention liée aux CEE et le retour sur investissement plus rapide.

Au-delà de ce levier, un bon prestataire cherchera à vous proposer un programme séquencé en fonction des TRI : certains investissements seront ainsi financés par les économies réalisées grâce aux premières actions.

 

#4 Vous manquez de temps et d’équipes dédiées

Dans les entreprises ne pouvant allouer de ressources à la gestion de l’énergie, le manque d’outils et de personnel pour suivre les économies réalisées est un véritable frein. Un Energy Manager externalisé pourra vous accompagner en mutualisant son temps de mission auprès de plusieurs clients, vous faisant ainsi bénéficier de son retour d’expériences.

Il vous assistera dans la conduite d’un plan d’action et l’utilisation des outils de mesure des économies d’énergie. Il saura également vous accompagner sur le pilotage des équipes, ou encore la mise en œuvre de plans d’amélioration continue.

 

#5 Ce n’est pas votre priorité

La réalisation d’un audit énergétique ne se résume pas à la mise en conformité avec la loi. Il en découle souvent des améliorations simples et performantes de fonctionnement, portant notamment sur la maintenance et la conduite des procédés industriels. Les meilleures idées venant souvent des membres de l’équipe, l’auditeur joue le rôle de catalyseur positif. À la clé, de véritables bénéfices financiers.

Enfin, cerise sur le gâteau, la mise en œuvre des préconisations de l’audit réglementaire est un moyen d’opérer la transition énergétique de votre entreprise et de l’inscrire dans une démarche environnementale. Un argument de différenciation valorisé aujourd’hui.

Et vous, qu’avez-vous fait de votre audit énergétique ? Votre avis nous intéresse.