Close
Réponses

Quelles sont les 4 classes de performance selon la norme EN-15232 ?

La norme européenne EN-15232, (Performance énergétique des bâtiments - Impact de l’automatisation de la régulation et de la gestion technique des bâtiments) mise à jour en 2017, définit 4 classes de performance pour les bâtiments tertiaires et résidentiels des moyens de régulation installés pour les usages principaux : Chauffage, Ventilation, Climatisation (CVC), Eclairages, Eau chaude, Stores.

A quoi sert la norme en-15232 ?

La norme EN-15232 s’applique aux bâtiments équipés de systèmes de régulation complets de type GTB (Gestion Technique de Bâtiment) ou partiels (équipements isolés) ou dont la régulation est indépendante de tout moyen de pilotage centralisé.

  • Elle offre une approche cadrée permettant d’évaluer l’impact des moyens de régulation des équipements consommateurs d’énergie sur la performance énergétique globale du bâtiment équipé.
  • Elle permet sur la base de la situation existante d’estimer les gains énergétiques potentiellement accessibles en mettant en œuvre des moyens de régulation plus performants que l’existant, usage par usage. Des listes de modes de régulations des équipements sont proposées et permettent de définir la situation existante et celle visée.
  • Elle intègre notamment un ensemble de règles de calculs, alimentés par des coefficients prédéterminés par typologie de bâtiment (bureau, école, hôpital, amphithéâtre, hôtel, restaurant) permettant d’estimer les gains énergétiques, et donc financiers, à attendre d’une amélioration du mode de régulation des équipements visés.

Ainsi, la norme catégorise les niveaux de performance en classes. Plusieurs règlementations ou cahiers des charges de maîtres d’ouvrage font appels à ces catégories pour fixer des objectifs à atteindre.

Quelles sont les 4 classes de performance définies par la norme EN-15232 ?

La norme EN-15232 répartit les fonctions d’une GTB en 4 classes de performance pour les bâtiments tertiaires et résidentiels.

  • Classe A : régulation et GTB à performance énergétique élevée, 
  • Classe B : régulation et GTB avancée disposant d’éventuelles fonctionnalités spécifiques, 
  • Classe C : régulation et GTB standard (prise habituellement en référence par la norme), 
  • Classe D : régulation et GTB limitée à des fonctionnalités de type marche/arrêt ou pilotée manuellement sans prise en compte des conditions d’occupation (possibles fonctionnement 24h/24 de certains équipements). C’est dans cette classe qu’on retrouvera les bâtiments non rénovés, équipés de matériel ancien ou ayant fait l’objet d’investissements limités.

A noter : les bâtiments neufs, atteignent, par usage, au minimum le niveau de classe C, voire B.

Classement des fonctions par classe de performance  

  • La classe A abrite des fonctionnalités de régulations qui tiennent compte en temps réel de la présence ou non de personnes dans le lieu/bâtiment, des horaires d’occupations et des températures d’ambiance là où sont présentes les personnes et les équipements à réguler. L’outil GTB permet l’échange d’informations entre les capteurs les plus proches de l’occupant et les systèmes en charge d’apporter le confort attendu. La régulation du fonctionnement des équipements est basée sur des valeurs mesurées permettant d’ajuster au plus proche du besoin le confort de l’occupant avec le minimum d’énergie nécessaire.
  • La classe A est souvent celle visée par les bâtiments neufs et performants. Les systèmes qui sont alors installés et la quantité de matériel nécessaire rendent l’investissement important, mais permettent au bâtiment d’atteindre un très bon rendement énergétique.
  • La classe B met à l’écart certaines fonctionnalités avancées de régulation basées sur la présence de l’occupant ou la mesure de chaque ambiance de zone. Toutefois, elle intègre déjà les fonctionnalités techniques de régulations des systèmes de production et de distribution de l’énergie. Dans le cadre d’un projet de rénovation d’un actif, elle est par exemple un bon compromis entre investissement et gains annuels réalisés.

Le potentiel d’économies d’énergie accessibles en passant d’une classe à une autre est le suivant :

  • Passage d’une classe C à A : jusqu’à 25 % voire 30 % d’économie d’énergie sur l’ensemble des consommations concernées par les usages CVC, éclairages, stores et supervision. Ce résultat s’obtient en supposant que l’ensemble des efforts attendus par la norme sont réalisés.
  • Passage d’une classe C à B : dans les mêmes conditions que listées précédemment, le gain sur la part des consommations dédiées aux usages CVC, éclairages, stores, supervision peut atteindre voire dépasser 15 % des consommations d’énergie.

Toutes les estimations de gains potentiels calculés par la norme peuvent être évaluées à la hausse ou à la baisse par votre AMO dans le cadre d’une mission qui lui est confiée. En effet, les mécanismes de calculs mis en œuvre ne sont pas en mesure de tenir compte des spécificités de chaque site et des exigences faites sur l’ensemble des usages, notamment en fonction des contraintes d'occupation ou techniques. A ce titre, il est courant que l’estimation de gains faite par la norme soit ensuite corrigée pour mieux correspondre aux gains qui pourront être réellement attendus sur le site.

Les Certificats d’économies d’énergie (CEE) pour un système de GTB

Les travaux d’efficacité énergétique pour les systèmes de GTB ouvrent droit aux Certificats d’Economies d’Energie. Cette aide financière est attribuée à l’installation d’une GTB aux usages de chauffage d’Eau Chaude Sanitaire : la fiche relative à cette opération standardisée est la BAT-TH-116.

Pour aller plus loin sur la mise en place d’une GTB, cliquez ici