Close

Gisements de flexibilité : Eqinov explore de nouvelles pistes

À la conquête de nouveaux
gisements de flexibilité

Depuis plusieurs années, Eqinov valorise des gisements de flexibilité dans les secteurs industriel et tertiaire liés aux processus de production ou aux usages thermiques. Une démarche qui consiste à adapter la consommation d’électricité de ses clients selon les besoins du système électrique. Mais pour faire face aux enjeux de demain, le système électrique regorge de nouvelles sources de flexibilité de consommation. L’heure est donc venue de partir à leur conquête. Quels sont-ils ? Qui concernent-ils ? Quel est leur potentiel ? Explications.

Pourquoi de nouveaux gisements de flexibilité ?

Pour l’heure, la flexibilité de la consommation électrique peut s’opérer de deux manières :

  • à la hausse, c’est-à-dire en demandant aux entreprises flexibles d’augmenter leurs consommations pour absorber un surplus d’énergie sur le réseau ;
  • à la baisse, lorsque le réseau national est sous tension et nécessite une réduction – autrement appelée « effacement » – des consommations.

L’émergence de nouveaux usages électriques, comme le véhicule électrique, et la croissance de la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables amènent aujourd’hui les opérateurs à rechercher de nouveaux gisements de flexibilité pour soulager le réseau national à l’avenir.

Quels sont-ils ? Précisément, l’énergie contenue dans les batteries stationnaires ou embarquées dans les véhicules électriques, mais aussi l’électricité produite par les centrales de cogénération sorties du dispositif de l’obligation d’achat. Source de flexibilité, cette énergie peut être aisément stockée, donc rendue, et pourrait participer à la décentralisation de la production énergétique nationale.

 

Nouveaux gisements : comment les exploiter au mieux ?

Trois nouveaux gisements de flexibilité électrique seront étudiés par Eqinov, issus :

  • du stockage stationnaire, en particulier les batteries électrochimiques ;
  • des batteries logées dans les véhicules électriques ;
  • des centrales de cogénération.

Dans le cas du stockage stationnaire, les batteries électrochimiques représentent aujourd’hui l’actif le plus adapté pour le système électrique. Facilement installable sur des sites industriels ou dans des bâtiments tertiaires, elle peut, au-delà du réglage de la fréquence du réseau électrique, permettre d’absorber le surplus de production d’électricité des installations d’énergie renouvelable puis de le restituer en cas de pénurie sur le réseau national. On parle alors d’énergie tampon.

Côté batteries des véhicules électriques, le principe est sensiblement le même. En les connectant au réseau électrique national, celles-ci peuvent être utilisées comme centrale de production virtuelle, ou a contrario se recharger en absorbant une part de la production renouvelable, et bénéficier d’un prix d’achat compétitif.

Enfin, les centrales de cogénération pourraient bénéficier de nombreuses opportunités de valorisation, dont elles étaient privées sous le régime de l'obligation d'achat.

 

Avec la découverte de ces nouveaux gisements de flexibilité électrique, les propriétaires de batteries stationnaires ou mobiles et entreprises disposant de centrales de cogénération pourront être rémunérés par Eqinov pour le service rendu au système électrique. L’enjeu d’aujourd’hui : caractériser au mieux ces gisements et apprendre à les piloter intelligemment afin de leur apporter une valeur maximale. Un défi relevé par Eqinov avec son projet INVESTCO, lancé en septembre 2019. Envie d’en savoir plus ? Découvrez l’intégralité du projet dans l’interview d’Edouard Hong, à la tête de la démarche.

Merci à Edouard Hong, chef de projet INVESTCO chez Eqinov, pour son aide lors de la rédaction de cet article