Close

Flexibilité électrique dans l’industrie : de quoi parle-t-on ?

Focus sur la flexibilité de la consommation électrique pour les industries

Vous connaissez certainement le mécanisme d’électricité heures pleines / heures creuses, qui incite les particuliers à moduler leur consommation d’énergie grâce à un système tarifaire préférentiel. Mais savez-vous qu’un mécanisme plus dynamique existe aussi pour les entreprises grandes consommatrices d’énergie ? C’est ce que l’on appelle la flexibilité de la consommation (plus communément appelée « effacement »), qui permet aux entreprises d’être rémunérées pour la modulation de leur consommation électrique.

Pionnière en la matière, la France pratique l’effacement de consommation électrique depuis les années 1980. D’après les estimations, 10 % de la consommation de pointe pourrait être concernée dans les années à venir : de quoi s’y intéresser de plus près. Focus sur le fonctionnement de la flexibilité électrique et ses bénéficiaires dans l’industrie.

Flexibilité électrique, mode d’emploi

La flexibilité consiste à moduler ponctuellement sa consommation électrique pour répondre aux besoins d’approvisionnement des fournisseurs ou d’équilibrage du système électrique. Le gestionnaire du réseau national peut faire appel aux entreprises grandes consommatrices d’électricité en vue de faire varier leur consommation à la hausse ou à la baisse.

En hiver, la demande en électricité des particuliers est plus forte en raison du chauffage et de l’éclairage dans les logements. Les entreprises flexibles peuvent compenser cette demande en réduisant leur consommation électrique pour faire face à un risque de pénurie. Inversement, en période creuse, une augmentation de la consommation peut leur être demandée afin d’absorber la surabondance d’électricité d’origine renouvelable (éolien, solaire) sur le réseau.

Comment devenir une entreprise flexible ?

Pour réduire sa consommation d’énergie, l’entreprise peut arrêter un équipement ou un procédé industriel sur une période donnée. Elle peut également avoir recours à une batterie de secours qui stocke de l’énergie achetée sur le marché ou autoproduite par des panneaux photovoltaïques, par exemple. Cependant, ces technologies sont encore coûteuses. Il s’agit là de flexibilité à la baisse, ou « effacement de consommation ».

Parallèlement, pour augmenter sa consommation en période de sur-production injectée sur le réseau et bénéficier de tarifs avantageux (parfois même négatifs !), l’entreprise peut activer le fonctionnement d’un équipement ou d’un procédé de production n’étant pas actif en continu. C’est la flexibilité à la hausse.

Le saviez-vous ?

On parle généralement d’effacement pour désigner la flexibilité électrique. Néanmoins, le terme « effacement » désigne uniquement la flexibilité à la baisse, et non à la hausse.

Qui peut bénéficier de la flexibilité électrique ?

La flexibilité de la consommation électrique s’adresse aux gros consommateurs d’énergie que sont les industriels et les gestionnaires de bâtiments tertiaires. Toutes les activités dont les procédés sont flexibles peuvent être éligibles, notamment la papeterie, la métallurgie, la fonderie, les carrières… ainsi que tous les usages du froid, pour la surgélation ou le stockage de fruits et légumes par exemple.

Il n’existe, pour l’heure, aucune réglementation obligeant la mise en place de la flexibilité électrique pour les entreprises. La participation à l’effort de modulation est rémunérée, elle se fait donc sur la base du volontariat. Cependant, demain, celui-ci pourrait devenir indispensable pour ne pas subir la volatilité des prix de l’énergie, d’où l’intérêt de nombreuses sociétés dont le budget d’achat d’électricité représente un poste important.

Cas concrets d’entreprises engagées dans la flexibilité
  • Surgélation industrielle : il est possible de valoriser les temps d’arrêt des tunnels de surgélation pendant quelques heures.
  • Serres : couper l’éclairage dans une serre agricole permet de réduire la consommation de manière temporaire sans incidence sur la maturation de la plante.
  • Carrières : le stockage des pierres apporte de la souplesse dans les processus d’activité afin de pouvoir être en sous-production ou surproduction selon les besoins en énergie.

Essayer la flexibilité électrique, c’est l’adopter !

La flexibilité de la demande permet aux entreprises de réaliser des économies sur leur facture énergétique. Cette pratique est en effet rémunérée par l’agrégateur – intermédiaire entre l’entreprise et le réseau électrique national. La réduction obtenue peut aller jusqu’à 20 % du montant total de la facture d’électricité d’une entreprise !

Sur le plan environnemental, la flexibilité électrique permet d’éviter la construction de nouvelles centrales électriques pour assurer l’alimentation pendant les pics de consommation, et de câbles réseaux pour absorber les énergies renouvelables. Elle contribue donc à la décarbonation de notre système de fourniture électrique.

 

Aujourd’hui, la flexibilité concerne les grands consommateurs d’énergie dans l’industrie et le bâtiment tertiaire. Dans les années à venir, on compte sur une multiplication par 3 du nombre d’entreprises industrielles flexibles. À moyen terme, avec le doublement des énergies renouvelables annoncé en 2030, ce pourrait être l’affaire de tous.

La flexibilité est une pratique essentielle pour les industriels : n’attendez pas pour vous lancer dans la démarche !

La flexibilité est une pratique essentielle pour les industriels :
n’attendez pas pour vous lancer dans la démarche !